Fournisseur officiel de loisirs

Vienne

La Pyramide

Sites et monuments

  • La Pyramide
  • La Pyramide
Ce monument demeure pour Vienne un édifice emblématique. Préservé au cours des siècles, il est resté à son emplacement d'origine. Il témoigne ainsi de la présence d'un cirque romain, lequel servait notamment aux courses de chars sous l'antiquité.
Le cirque romain : un monument pour les courses de chars

L'identification exacte de la Pyramide remonte aux recherches archéologiques effectuées entre 1838 et 1853 par T.-C. Delorme, conservateur du musée de Vienne, et confirmées par les fouilles d'un de ses successeurs, E. Bizot, de 1903 à 1907 ; ils avaient reconnu dans le voisinage du monument les vestiges d'un cirque construit à l'époque gallo-romaine ; des sondages récents pratiqués par le Service régional de l'Archéologie (1984-1986) ont apporté des précisions complémentaires, en particulier sur la chronologie générale des édifices successifs, et l'interprétation des vestiges encore enfouis. Au IIe siècle de notre ère, pour implanter le cirque, monument d'environ 460 m de long, les urbanistes avaient trouvé l'espace nécessaire dans la plaine qui avait été partiellement aménagée le long du Rhône au début du siècle précédent grâce à des remblais massifs. La Pyramide s'élevait au milieu de la plate-forme axiale construite dans l'arène du cirque ; c'était une imitation en réduction des obélisques égyptiens qui furent souvent installés dans les grands cirques du monde romain, à l'instar de celui du Circus Maximus de Rome. Cette barrière axiale, légèrement surélevée par rapport à la piste, était agrémentée de petits édicules, de bassins ou fontaines ornés de sculptures. En l'absence d'amphithéâtre (non reconnu à ce jour), on peut se demander si ce cirque n'accueillait pas aussi les combats de gladiateurs ou d'autres spectacles ?

Monument et légendes

Avant que n'ait été établie la véritable nature de la Pyramide qui fut aussi appelée l'Aiguille, l'imagination populaire s'était emparée de ce monument. La version la plus commune en faisait un monument funéraire, affecté tantôt au héros fondateur de Vienne, tantôt à un empereur (Auguste ou Alexandre Sévère), ou bien encore à Ponce Pilate, le préfet de Judée qu'un cycle légendaire médiéval faisait mourir en exil à Vienne. Frédéric Mistral parle ainsi du "Tombeau de Pilate et son Aiguille" (Chant II, XVII) dans le Poème du Rhône (1897).

Plus d'infos...

 Infos pratiques

Adresse : Boulevard Fernand Point 38200 Vienne

Téléphone : 04 74 53 70 10

Contact Site web

 Ouverture

Toute l'année : ouvert tous les jours.